Le Sérieux Dilemme de la Cape.

Il y a un an (ou deux? je ne sais plus exactement à quel moment cette obsession a commencé), la cape était partout. Je l’avais vue aux défilés, on l’avait tous sentie venir à 300 kilomètres. Moi, je me suis dit: “Chic chic chic, enfin un manteau original, particulier, classe, qui fasse femme et fashionista à la fois, un petit peu snob différent vis à vis de toutes les doudounes Moncler et leur omniprésence oppressante remarquable, et puis d’un côté tant mieux…”

Bref, la cape, je la voulais, VRAIMENT. Oh que oui. J’en rêvais. Je m’imaginais déjà arriver en cours avec, accompagnée d’un slim brut et de mes talons, d’un coup de rouge à lèvres, les cheveux dans le vent parce que dans tout les cas la cape aurait rendu le reste cool… Le saint graal du manteau classe quoi. A l’époque, dans ma tête, c’était un peu un neverending “Je veux. Je veux. Je veux. Je veux. Je veux. Je veux. …” – Vous avez compris.

Seulement voilà. Au moment d’aller acheter mon nouveau manteau pour cet hiver là (“ma cape ma cape ma cape ma cape”), j’en ai bien évidemment trouvé tout un tas. Des noires, sublimes, classes comme prévu, féminines, parfaites quoi.

SEULEMENT VOILA. J’en essaie une. Puis une autre. Et encore une autre. Et au bout de la dixième, je me rends compte de mon malheur. OH MISERE (pour ne pas être vulgaire hein), LA CAPE NE ME VA PAS. … Une minute de silence pour mon désarroi, s’il vous plait.

Eh oui. Sur moi ça faisait soit “j’essaie trop de faire genre je suis une fille mature et classe et en fait c’est pas naturel donc comme vous pouvez le voir ça ne passe pas du tout”, soit carrément la fille coincée de chez coincée de chez coincée (compris?), un peu nonne, un peu stricte, et par conséquent pas classe du tout.

… Voilà. C’est ainsi que le mythe de la cape s’évanouit.

Et c’est IN-SUP-POR-TABLE parce que j’ai une amie, A., que vous verrez bientôt figurer ici, qui elle peut mettre tout ce qui ne me va pas du tout à moi. Et qui est toujours classe. Et surtout avec sa cape. Qui lui va à merveille. … Heureusement qu’on est amies, sinon je la détesterais.

Bref. Je m’en suis remise hein, plus d’un an après. J’ai masterisé le posé-de-la-veste-sur-les-épaules qui donne l’illusion d’être une cape sans en être une, et j’ai découvert le manteau qui me va à moi, et nous sommes parfaitement heureux ensemble. C’est lui mon autre moitié, mais la cape restera mon fantasme. Oui oui, je vis un triangle amoureux avec mes manteaux. Je le vis bien.

Love,

Kate

Advertisements

Any Thoughts?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s