Collin LaFleche, Right After.

Tandis que m’est subtilement dévoilé chaque jour un nouveau composant des prodigieux dessous de la mode, j’en apprends un peu plus sur ma propre personne, sur qui je suis, ce qui m’inspire, ce qui me plait. Moi qui, il n’y a pas si longtemps, vénérais Vogue et Elle, soi-disant piliers de la Fashion Press, je parviens aujourd’hui à me détacher de ces pages commerciales qui vendent plus qu’elles n’enchantent, et affirment magistralement plutôt que de décrypter et expliquer. Tout parait si mesuré, si défini, si “on-vous-a-dessiné-un-petit-carré-de-2-cm-dans-lequel-vous-devez-faire-tenir-votre-sujet-et-surtout-ne-sortez-pas-du-cadre”. Ce que je veux dire, c’est que le “Thinking Outside The Box” (merci aux anglophones), ils ne connaissent pas. Il y a des règles à suivre, à ne pas enfreindre, de nombreuses limites et peu d’horizons nouveaux.

D’où le fait que l’on puisse au bout d’un certain temps s’en lasser, et partir à la recherche de magazines qui ne font pas que parler, mais qui ont plutôt l’air de vivre, abordant tous sujets, sous toutes sortes de formes, excitant, alléchant, séduisant les lecteurs qui n’ont faim que de spontanéité. Dazed & Confused en est une parfaite illustration. Bien sûr, je ne suis pas là moi non plus pour vous démontrer par A+B les bienfaits de D+C (suis-je drôle). Je souhaitais simplement offrir à cette oeuvre, si l’on peut qualifier un magazine comme tel, une introduction adéquate à l’originalité de son contenu.

Tout cela (nous sommes d’accord, je m’épanche un peu) pour aborder le sujet de Collin LaFleche, que j’ai découvert avec Dazed. Il y a de fortes chances que, si vous n’avez encore jamais lu d’article sur lui ou découvert avec hallucination et émerveillement ses oeuvres, vous n’en ayez absolument jamais entendu parler. Et cela parait normal; malgré un CV plus qu’impressionnant pour un jeune homme tel que lui, il parvient à garder profil bas, peut-être bien pour s’abandonner encore plus totalement dans son travail. Toujours en est-il qu’il est ce que l’on peut, je pense, qualifier en ce bas monde d’artiste. Un artiste réaliste mais qui parvient à confondre notre quotidien avec une certaine mystique éthérée. Ceci est surtout le cas de son projet Right After.

LaFleche a, en l’an 2006, fait la rencontre d’un groupe de jeunes lycéens américains qui s’apprêtaient à dire adieu à l’euphorie qu’est cette dernière année de Terminale pour pénétrer au sein de ce monde effrayant qu’est celui des adultes responsables et confiants. Il s’agit là d’une expérience que l’on vit tous, plus ou moins aisément selon les cas, mais cette lutte pour trouver enfin qui nous sommes, qui nous serons et que faire de notre vie est universelle. Ces images ne seront pas pour vous, ni pour moi, une révélation, une soudaine explication scientifiquement démontrée de ces instants de bonheur, de tristesse, de découragement ou de peur que nous avons subis.

Mais il est évident, je pense, que cela a été le cas pour LaFleche. Ce qui nous est transmis au travers de ces images est presque une biographie, mais pas personnelle; il raconte, retrace l’expérience de chacun, tous ces moments candides et sans importance qui pourtant nous ont marqués à jamais. L’adolescence n’est pas drôle, mais elle n’est pas non plus constituée uniquement de hauts et de bas. Plutôt que toute blanche ou toute noire, l’adolescence est grise, une grisaille sur laquelle peu d’artistes se sont attardés. Et encore moins sont parvenus à cerner, à saisir exactement ce que représentent ces instants de façon si humble et vraie.

At School, New York, 2007Henry Holding Emily, New York, 2007Emily At The Pool Hall, New York, 2007Untitled, Brooklyn, 2007Matt After Prom, New York, 2007Will Smoking, New York, 2007Party, New York, 2007Emily And Matt In A Cab, New York, 2007Travis, Brooklyn, 2007Sofia After Prom, New York, 2007Emily And Lila After School, New York, 2007Emily And Will At A Deli, New York, 2007Will, Brooklyn, 2007Matt In His Bathroom, New York, 2007Sofia Rolling A Joint, New York, 2007Sophia, New York, 2007Matt And Emily On Lafayette, New York, 2007Emily, New York, 2007Emily In Union Square, New York, 2007July 4th, New York, 2007Will And Alex Kissing, Brooklyn, 2007Will On The Q, New York, 2007

Solitude, inquiétude, amour, amis, alcool, drogues, fugue, dépression, joie, maquillage, taxi tard la nuit… Ces éléments, sans intérêt ou vitaux, sont rassemblés ici. Pour l’artiste, pour vous, pour moi. Pour toutes ces personnes qui pourraient encore se poser des questions sur ce qu’ont signifié ces années lycée, qui les ont bien ou mal vécues… Ce ne sont que quelques gouttes d’eau qui aideront à former la vague qu’est votre vie.

Love,

Kate

 

 

 

Advertisements

One response to “Collin LaFleche, Right After.

  1. Pingback: Collin Lafleche, Right After | Bud of Thoughts·

Any Thoughts?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s